Frère Alessandro, chanteur dans les pas de St François

10-14---Alessandro-Brustenghi.jpgÀ 34 ans, Alessandro Brustenghi, Franciscain d'Assise à l'étonnante voix de ténor a réalisé ses deux vocations : chanter et se consacrer à Dieu.

 

Durant des années, Alessandro Brustenghi fut tiraillé entre deux désirs qui lui paraissaient incompatibles : se consacrer au chant, ou à Dieu, totalement. Il a connu les longues heures d'exercices de la voix ou d'appel au secours dans la prière, jusqu'à ce que des signes apparaissent.

Alessandro passe son enfance à Castiglione della Valle, un petit village près de Pérouse, dans le centre de l'Italie. Il apprend l'orgue et le chant en classes musique-études, mais reste un élève moyen.

 

Issu d'une famille catholique non pratiquante, l'adolescent assoiffé de vérité cherche des réponses dans la philosophie - il se dit alors disciple de Hegel - plutôt qu'auprès de Dieu, qu'il connaît mal. Un jour, désespéré, il se couche dans l'herbe d'une clairière, implorant Dieu qu'il lui envoie un signe.

"Soudain, j'ai ressenti une communion très forte avec la nature et l'envie d'aller vers les gens ; je me sentais proche de toute l'humanité... Et, surtout, j'étais apaisé. Ce jour-là, j'ai compris ce que signifiait la présence de Dieu. Plutôt que de tout connaître, j'ai décidé d'aimer. C'était ma nouvelle priorité."

Après Dieu, c'est François d'Assise qu'il "rencontre", grâce au film Francesco de Liliana Cavani. À 19 ans, en se présentant chez les Franciscains, il accepte d'arrêter l'orgue, dont il jouait près de cinq heures par jour, pour se consacrer au discernement de sa vocation religieuse, tout en continuant de chanter, en dilettante. Il lui faut au moins un diplôme avant de devenir postulant : il choisit de passer un examen en chant, malgré ses piètres résultats. "Je me suis entraîné à respirer, j'ai travaillé des heures chaque jour... et Dieu a fait un miracle, assure-t-il. J'ai fini par trouver ma voix. J'ai obtenu mon diplôme avec mention, et j'ai commencé à aimer l'opéra."

 

Un talent reçu de Dieu

Une fois intégré dans la communauté, il imagine arrêter. "Non, l'encourage son accompagnateur spirituel, c'est un talent reçu de Dieu." Il donne des concerts, des récitals... Puis, sans raison, reçoit l'ordre d'arrêter. Il ne s'agit que d'un test de son accompagnateur spirituel qui, voyant qu'il est en paix, l'autorise à reprendre le chant. Sa voix le porte, mais c'est alors la foi qui plonge. Alessandro se met à douter de sa vocation. Il forme le souhait de vivre en ermite, sans porter l'habit monastique, pour discerner si Dieu l'appelle vraiment à être franciscain.

Il passera trois ans auprès des siens, dans son village, à "réfléchir, prier, pleurer, chanter et travailler le bois". Trois ans qui le rééquilibrent : "J'ai fini par comprendre que je devais revenir et que je pouvais continuer de chanter", souffle-t-il. À son retour au prieuré, il est plus mûr. Sa voix aussi.

En 2009, peu après ses vœux perpétuels, à l'issue d'un office, un homme vient le voir : "Quand vous avez commencé à chanter, j'ai senti quelque chose d'incroyable en moi." Alessandro y voit un signe de Dieu. "En chantant, j'ai l'impression d'ouvrir une porte vers l'éternité, en moi et, je l'espère, chez les autres."

 

Par le bouche-à-oreille, il est repéré par Decca, une maison de disques du groupe Universal. En mai 2012, un contrat est signé. Decca n'en est pas à son premier "coup de filet" dans le domaine du chant religieux, après un CD avec des moines cisterciens, en 2008, et un autre avec des bénédictines françaises, en 2010.

Dans son album La Voix d'Assise, Alessandro interprète de grands classiques du chant lyrique, comme Panis angelicus , ainsi que des chants de saint François. En souriant, il rappelle que, bien qu'ayant signé avec une "major", il veut rester un frère "mineur". "Cette disposition du cœur constitue l'essentiel de la spiritualité franciscaine : se sentir frère de tout homme, jamais supérieur à lui, mais toujours serviteur. C'est ce que nous enseigne Jésus."

Tous ses droits d'auteur seront reversés à son ordre, qui les répartira entre différentes œuvres. Tout en se pliant aux impératifs de la promotion de son album, avec un site Internet dédié et des pages sur les réseaux sociaux, il les utilise aussi pour faire passer la parole de Dieu, notamment avec des miniméditations quotidiennes ou des vidéos catéchétiques.

 

 
Sur le site d'Alessandro Brustenghi, vous découvrirez son portrait et ses dernières actualités 

Vidéos. Écoutez Alessandro Brustenghi chanter les classiques Panis Angelicus (durée : 3'16 mn), extrait de son album La voix d'Assise.

 

 

 

 

Gwénola de Coutard

Paru dans Pèlerin N° 6777 du 18 octobre 2012

Paroisse Sainte Croix des Confluents © 2015 -  Hébergé par Overblog