La prière de l'Angélus : origine.

  • Paroisse Sainte Croix des Confluents 47

Une fois par an, le 25 mars, l’Église fait mémoire de l’Annonce faite à Marie par l’ange Gabriel. Mais c’est trois fois par jour qu’elle invite les fidèles à réciter l’Angélus.

 

L'Angélus est une prière de dévotion en l'honneur de l'Incarnation de Jésus que l'on récite matin (07h00), midi et soir (19h00), au son de la « cloche de l'angélus » qui se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une « pleine volée ».

Les tintements correspondent au début du Versicule (V), du Répons (R) et de l’Ave Maria.

 

Jusqu’à il n’y a pas longtemps, tout travaux s’arrêtaient à l’appel des cloches.

Cette incitation de la prière au crépuscule remonte au Moyen-Age. Au 11e siècle, Guillaume le Conquérant, alors duc de Normandie, instaura un couvre-feu dans tout le duché pour éviter incendies, accidents de la route nocturnes et maintenir ainsi la paix.

À l'origine, le Pape Urbain II avait ordonné pendant la première Croisade de prier la Vierge à midi pour ceux qui étaient partis défendre le Tombeau du Christ. Quelques années plus tard, le concile de Clermont officialise cette sonnerie de l'Angélus pour inviter les gens à la prière et à rentrer chez eux. En 1265, Saint Bonaventure exhorta ses frères à prier chaque soir trois Ave Maria en méditant sur le mystère de l’Incarnation, au son d’une cloche, après l’office des complies. Le pape Jean XXII a ensuite propagé cette prière à l’extérieur des monastères en accordant une indulgence aux fidèles qui la réciteraient à genoux. Il rédigea alors la prière de l’Angélus telle qu’on la connait de nos jours, composée de trois versets tirés des évangiles suivis de trois « Je vous salue ».

Mais on priait alors la prière du soir seulement. Puis au XVème on lui ajouta la prière du matin en l'honneur de la Résurrection, et au XVIème siècle s'ajouta la prière du midi en souvenir de la Passion. Le Roi Louis XI ordonna en 1472 de faire sonner l'Angélus dans tout le royaume le matin, à midi et le soir. Depuis, cette pratique s'est répandue en France et dans les autres pays. Jusqu’au 19esiècle, l’annonce du soir était ainsi quasi généralisée. Le couvre-feu, sonné dans la plupart des villes et villages de France, ordonnait aux commerçants de fermer boutique, aux travailleurs de laisser leurs outils, et aux habitants de rentrer chez eux, fermer leurs portes, éteindre les feux…et de faire leur prière. Bien que, souvent, des sonneries dédiées à l’Angélus sonnaient un peu plus tôt dans la soirée, cette forme de prière a été peu à peu associée à la sonnerie du couvre-feu. Aujourd’hui, de nombreux clochers en France ont gardé cette tradition même si cette pratique a progressivement décliné notamment en milieu urbain. À Rome toutefois, chaque Dimanche à midi, la foule se réunit sous les fenêtres du Pape pour prier avec lui l'Angélus qu'il introduit par une courte méditation et, parfois, par un rapide commentaire sur l'actualité - heureuse ou tragique - du monde.

Quelques-uns sonnent même encore le couvre-feu, comme la Zehnerglock (cloche des dix heures) de Strasbourg.

En 2021, en raison de la pandémie de Covid-19, nous voici contraints par un couvre-feu. Pourquoi ne pas en faire une occasion de découvrir ou redécouvrir cette prière mariale de l'Angélus, que tant d’hommes et de femmes récitèrent au fil des siècles à la tombée de la nuit, dévotion que le pape lui-même appelle à redécouvrir ?

 

La prière de l’Angélus

L’ange du Seigneur porta l’annonce à Marie. 

– Et elle conçut du Saint-Esprit.

« Je vous salue Marie […] Amen »

Voici la servante du Seigneur 

– Qu’il me soit fait selon votre parole.

« Je vous salue Marie […] Amen »

Et le Verbe s’est fait chair. 

– Et il a habité parmi nous.

« Je vous salue Marie […] Amen »

Priez pour nous, sainte Mère de Dieu. 

– Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.

 

Textes et documents transmis par Ghislaine Durovray

Paroisse Sainte Croix des Confluents © 2015 -  Hébergé par Overblog