Pourquoi l’Église se préoccupe t'elle d'écologie ?

Assemblée plénière Évêques France Lourdes

 

Début novembre, à Lourdes, l'assemblée plénière des évêques de France s'est tenue dans un format inédit : en effet, chaque diocèse était représenté par son évêque et deux laïcs, invités pour échanger autour de l’écologie dite "intégrale".

Pendant un jour et demi, nous nous sommes sentis faire partie de la synodalité, pleinement associés à ce sujet grave et urgent. Nous avons apprécié la qualité et la liberté d'expression des intervenants, la facilité des échanges, portés par la volonté de se mettre en route tout de suite dans la Joie et l’Espérance.

A l’écoute des signes du temps et à la suite de l’appel lancé par notre pape dans l’encyclique "Laudato si", l’Église a donc réfléchi en quoi les chrétiens étaient concernés par ces dérèglements climatiques et les bouleversements qui en découlent pour la planète, pour les hommes, pour les populations les plus déshéritées.

Nous avons écouté 6 témoins très différents (2 ont exprimé clairement leur foi chrétienne) militants associatifs, biologiste, institutionnel, dirigeant d’entreprise, ainsi que Fabien Revol et Héléna Lassida qui nous ont fait entrés dans une démarche spirituelle. Dieu nous a confié sa création pour que nous en prenions soin, comme nous devons prendre soin de notre prochain (le plus proche comme le plus lointain). Et là soyons vigilants à ne pas isoler la clameur de la terre (que nous maltraitons) de la clameur des pauvres.

 

Comment renouveler l'alliance entre Dieu, les hommes et la création ? Comment prendre soin de la terre (air, eau, sol) ? Comment changer notre rapport aux autres ?

En tant que chrétiens, convertissons-nous, changeons notre mode de pensée, notre manière d’agir, d'acheter et de vivre : "faire le choix de la sobriété heureuse," "vivre plus simplement, pour que d’autres puissent simplement vivre" "Moins de biens, plus de liens".

Émerveillons-nous de la beauté de la création, des expériences d'entraide et de fraternité qui relient l’économique, l'environnemental et le social.

En tant que paroisses, diocèse, écoles catholiques, monastères et congrégations, nous pourrions nous initier au "label "Église verte" dans lequel déjà 300 communautés en France sont engagées pour marcher à petits pas concrets vers des pratiques plus "vertueuses". Dès maintenant portons dans notre prière personnelle et communautaire l'avenir de la création. Initions une pastorale du lien et de la joie. Passons de la contrainte à l'opportunité, de nos échecs à des possibles, de la menace de la fin d'un monde à une espérance. Entrons dans une démarche de Salut de l’humanité.

Emmanuelle Guibert, Ludovic Bertalot

Paroisse Sainte Croix des Confluents © 2015 -  Hébergé par Overblog