"Le Catéchuménat, service d'Église"

Le 26 septembre dernier, les équipes d'accompagnateurs de catéchumènes ont été conviés à une rencontre pour un échange et une réflexion sur la mission qui leur a été confiée. Étant disponibles, Manie Cernettig et moi-même avons répondu à cette invitation.

Nous sommes accueillies par Mr l'Abbé Jérôme Pomié et par l'Équipe diocésaine du Catéchuménat au séminaire Jules Mascaron à Bon Encontre.

 

    Après un temps de prière à partir du texte de la Genèse 12, 1-9 ("Abraham, quitte ton pays…"), nous avons  été répartis en carrefours où il nous a été demandé de témoigner des richesses (joies...) mais aussi des difficultés (peines, limites…) rencontrées au cours de cette année.

La mise en commun a permis en résumé de faire émerger plusieurs points intéressants:

  • - L'émerveillement devant l'enthousiasme, (je me permets ici d'en rappeler le sens étymologique: "être transporté par Dieu"), le courage dont font preuve les catéchumènes (notamment de jeunes mamans) et la joie de la rencontre.
  • - La joie de la Transmission: la "Bonne Nouvelle" n'est pas une richesse à conserver jalousement. De plus, ce sont les catéchumènes qui viennent à nous. Il n'y a peut-être pas les pesanteurs ressenties parfois dans d'autres styles de  parcours.
  • - L'investissement de certaines communautés paroissiales qui ainsi découvrent ce phénomène et ont à cœur d'accueillir ces personnes.
  • - Les motivations rencontrées sont d'ordre très divers, mais ressortissant toujours du domaine de la grâce (telle cette personne dont l'idée de vieillesse –et sans doute la suite- a fait surgir le désir de baptême…)
  • - D'autres perspectives nous sont ainsi données dans la manière d'envisager et de vivre la foi. Cela nous amène à plus d'exigence vis à vis de nous-mêmes, à un approndissement et par là –même, à un enrichissement humain et spirituel. C'est un cheminement stimulant, ardu parfois, pour nous aussi.
  • - Les membres des équipes apprennent à mieux se connaître, à mieux s'entendre, ce qui apporte plus de cohésion dans le tissu paroissial.

 

   Malheureusement, quelques ombres se profilent que l'on ne peut passer sous silence:

  • - Savoir garder la bonne distance et faire la part des choses au cours des entretiens: en effet, il ne s'agit en aucun cas de se transformer en assistantes sociales quand les catéchumènes nous emmènent sur des terrains personnels. Notre écoute doit alors se faire avec discernement.
  • - Parfois les personnes accompagnées arrêtent brutalement leur cheminement sans explication.
  • - Les conditions d'accès à ce cheminement sont trop draconiennes: en raison de certaines situations matrimoniales notamment, cet accès est carrément refusé à des personnes qui précisément ne demandent qu'à connaître le Christ. Comment mettre dans la même balance l'Amour et la Miséricorde infinies de Dieu et l'étroitesse d'esprit avec laquelle il nous est demandé d'agir???

 

      Le Père Jérôme Pomié nous rappelle ensuite que le catéchuménat est une initiation à une vie chrétienne, avec ses joies et ses épreuves, ses chutes et ses relèvements. C'est le premier service d'Église, au service des évêques, des catéchumènes et des néophytes. Pour les accompagnateurs, il ne s'agit pas d'en faire une affaire privée, mais de rester en lien avec l'équipe diocésaine. Dans cette optique, il nous a également demandé de présenter les catéchumènes aux membres de l'EAP et du Conseil Pastoral, et de faire part à la communauté paroissiale du contenu de cette rencontre. D'autres impératifs m'en ont empêchée et  je m'en excuse, mais voilà qui est réparé!

MJ de Lacvivier

Paroisse Sainte Croix des Confluents © 2015 -  Hébergé par Overblog